Juha la fleur d’automne

La fleur de saison, le chrysanthème 菊花

Chrysanthemes

« Juha » est la symbolique du chrysanthème en Chine, la fleur d’or reflète la vivacité, l’aisance mais aussi, une vie de retraite. Souvent associée aux lettrés passent leur temps pour les études en solitaire, durant la dynastie Song, cette fleur était tout simplement interdit à un non lettré. De connexion aristocratique, le réel sans que prend le chrysanthème est associé à une vie calme et retirée après des exercices de longues années d’un poste officiel, soit une sorte de bilan qu’offre la saison de l’automne.                 Le chrysanthème occupe une place centrale pendant le festival représentant l’automne, notamment le 9ème jour du 9ème mois. Il est de coutume, ce jour-là de faire une excursion dans la montagne, tresser des colliers de fleurs aux couleurs oranges, ainsi que de boire du thé de chrysanthème et d’écrire des poèmes. Un autre nom est donné pour cette fleur, « Jiuhua », soit la fleur du neuvième mois, faisant référence au nombre 9 associé à l’éternel (Jiu).

Dynastie Ming

L’influence du Taoïsme fut très influencé par la cour impériale, surtout durant la dynastie Ming, ce qui contribua à des représentations impressionnistes de peintures naïves et libres, comme par exemple, celui de laisser déborder branches et feuilles des motifs floraux vers le coté intérieur de l’accessoire peint. La représentation du règne éternel et de la paix durable se traduit par « Changzhi jiu’an » et est représenté symboliquement par une branche étendue (Changzhi), une caille (an) pour la paix…quant à l’expression double du chiffre 9 et de la fleurs de chrysanthème, ils sont tous les deux traduis par « Jiu » soit la signification durable. Dans la tradition chinoise, d’autres signes de richesses comme la chauve-souris, sont très appréciés, mais aussi le nœud infini résumant le bonheur ; ainsi que la pêche résumant la longue vie. Ces signes, arborent avec le chrysanthème de nombreux motifs. La combinaison la plus prospère étant celle d’une sauterelle sur un chrysanthème appelé « Guo Er » , représentant un fonctionnaire (gua’ner) chargé d’un poste officiel d’extrême importance.

Article : Le Dragon de Jade

Se connaître et s’accepter – 1

L’acceptation de soi , l’acceptation des autres – 1

Pour commencer à comprendre qui nous sommes réellement, il est important de se protéger et de s’armer contre les éventuelles déstabilisations et railleries qui viendront sans tarder à vous, pour vous redire à maintes reprises, combien cela est peine perdue de savoir qui nous sommes réellement… en rajoutant, qu’ils ne sont que comme Saint Thomas, c’est-à-dire, qu’il ne croient que ce qu’ils voient. Nombreux sont les sceptiques formulant ce procédé d’auto-défense qui les rassurent, pour ne pas être pris pour fou.

Il est impossible de plaire à tout le monde

Ce formidable conte taoïste (plus bas), a pour but de vous déculpabiliser et surtout de vous faire prendre conscience, que quoi que vous fassiez, vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde… Cela est impossible. Ceci fait partie intégrante de la nature humaine, il faut l’accepter…à partir du moment où vous accepterez cela, alors vous pourrez seulement commencer à découvrir qui vous êtes. Cela s’appelle l’acceptation. Bien sûr, que l’acceptation n’est pas facile à entendre parfois, surtout avec des propos blessants venant de proches. Mais pour être réellement sur le chemin de la vérité, il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus, pour goûter à différentes expériences (d’ailleurs, vous constaterez à ce moment-là, que les extrémités sont très proches et non à l’opposé). Il est plus préférable d’être pris pour fou, que d’être réellement un imbécile en ignorant volontairement explorer ou découvrir les choses. La vie est courte n’ayez pas de regrets comme beaucoup.

Se délester du négatif

Enfin, il est important de souligner que l’être humain, a cette fâcheuse manie de cultiver avec aisance le négatif (surtout en nombre)… c’est ce qu’il fait de mieux. Hors, cela ne fait que le desservir, pire, cela entretient avec facilité son ego, sa mauvaise foi, en donnant des réponses toutes faites à tout (au final, il va se complaire dans cette suffisance, qui le rehausse, mais qui en réalité va le limiter dans sa vie, sans parler de la différence qui va l’effrayer de plus en plus). Ce type d’énergies négatives se nourrie de peu… c’est pourquoi, certains jugements hâtifs et certaines allusions volent bas. Quant à leurs influences, elles causent d’énormes dégâts chez certains êtres fragilisés (nous le verrons plus en détails par la suite, avec les formes-pensées et les maladies). Le principal étant de ne pas tenir compte de ces énergies néfastes… ne leur porter aucune attention… si c’est le cas, alors elles vous alourdirons davantage, tel un gros sac de plusieurs kilos sur le dos que vous porterez avec peine et souffrance. Préférez voyagez léger !

L’artiste Georges Brassens l’avait parfaitement compris, d’ailleurs ses talents d’écritures reflétaient une réalité indéniable avec sa chanson intitulée : La mauvaise réputation. Cette chanson plus dans notre ère, résume parfaitement notre sujet. Vous l’avez désormais compris, l’acceptation comme le pardon seront déterminants pour un nouveau départ. Maintenant, je vous invite à lire ce conte merveilleux, que je considère comme l’un des plus beaux pour avancer dans sa quête. Désormais, vous comprendrez mieux pourquoi le bonheur est simple et pourquoi il doit rester discret… Enfin, je terminerai sur une note positive en citant la magnifique chanson de Georges Brassens, Heureux qui comme Ulysse… reflétant tout un symbole pour faire un beau voyage intérieur… Vous l’avez compris, le bonheur ne peut venir que de vous… à bientôt  !

Conte : le père, l’enfant et l’âne

conte-taoiste

Un enfant demande à son père :

Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?

Alors le père demande à son fils de la suivre ; ils sortent de la maison, le père sur le vieil âne et le fils suivant à pied.

Et les gens du village de dire :

Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d’aller à pied !

Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le lendemain, ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils sur l’âne et lui marchant à coté. Les gens du village dirent alors :

Quels fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !

Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant ils s’installent tous les deux sur l’âne avant de quitter la maison. Les villageois commentèrent en disant :

Ils ne se respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !

Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaire, l’âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :

Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C’est le le monde à l’envers !

Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Arrivé à la maison, le père dit à son fils :

Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur. Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour trouver à redire.

Fais ce que tu aimes et tu seras heureux !

Article : Le Dragon de Jade

Reprise des articles

Bonjour à tous. 

Comme promis, dès demain, et ceci 2 jeudi par mois, je vous aiderai à en savoir plus sur vous-même, sur votre propre existence de vie et sur votre parcours de vie… ceci grâce à des parutions et des explications simples, qui je le souhaite vous éclaireront et vous mettront sur la piste… mais aussi avec de temps en temps, quelques outils que vous expérimenterez vous-même. Je vous invite tout naturellement à un voyage intérieur et spirituel, mais aussi à un travail personnel nécessaire que vous ferez vous-même… vous seul, serez mettre à bord et à votre vitesse… à bientôt !article

La fête du double neuf « Chóngyángjié »

La fête de la répétition du Yang (le 9ème jour d’octobre)

hh

La fête du double neuf a lieu au 9ème jour du 9ème mois lunaire (environ octobre). Selon le Yi Jing, livre ancien et mystérieux, 6 est un chiffre yin alors que 9 est un chiffre yang. Le 9ème jour du 9ème mois signifie deux chiffres yang, donc littéralement  » fête de la répétition du yang « . De plus, les deux 9 ont une même prononciation en chinois que le mot  » longévité « . Ainsi, les ancêtres chinois pensaient que c’était un jour propice qui méritait d’être célébré. Gravir la colline le 9 du 9ème mois lunaire pour s’écarter des épidémies est une coutume transmise depuis l’antiquité. D’où son autre appellation : « la fête où l’on gravit les hauteurs ». Plusieurs poèmes anciens ont donné une description de la montée de la montagne. Aujourd’hui, quand la fête arrive, beaucoup de personnes vont gravir les montagnes (voir le paragraphe  » Den Gao « , en bas de page).

 » Chóngyáng  » ou le gâteau cuit à la vapeur  重陽糕

gateaux1.jpg

Ce jour-là, on a coutume de manger des gâteaux cuits à la vapeur appelés  » double yang  » (contenant des châtaignes, des pignons de pin, ainsi que des graines variées et des fruits secs, le tout décoré d’un drapeau en papier). Le mot  » gâteau  » et le mot  » montée  » sont en chinois homonymiques. Leur prononciation est considérée favorable, car elle est interprétée comme « progresser davantage encore vers la prospérité ». Parmi les autres gâteaux variés, le gâteau aux neuf-feuilles ou en forme de pagode est le plus recherché.

Le vin de chrysanthème  » júhuājiǔ  » 菊花酒

chrysanthme.jpg

Depuis l’antiquité, les Chinois adorent le chrysanthème. En automne, les chrysanthèmes variés s’épanouissent et rivalisent de splendeur. La fête du Double Neuf est justement une bonne occasion d’admirer les chrysanthèmes. Ce jour-là, on boit aussi du vin fait de chrysanthème appelé  » júhuājiǔ  » 菊花酒 . Dans les temps anciens, les femmes aimaient mettre une fleur dans leurs cheveux, des branches et des feuilles étaient aussi suspendues aux portes et fenêtres pour chasser les démons.

Une journée particulière en Chine

En 1989, le gouvernement chinois a rendu officiellement le 9ème jour du 9ème mois lunaire, comme fête des personnes âgées. Ce jour-là, les organismes administratifs, organisations populaires et bureaux de quartiers résidentiels organisent pour les retraités des excursions en montagne, l’admiration des paysages d’automne dans des sites pittoresques ou encore des activités sportives. Beaucoup de familles offrent également aux aînés un cadeau ou les accompagnent pour faire une promenade. Enfin,  les cerfs-volants, volent très haut dans les airs durant cette journée exceptionnelle… sans oublier que la contemplation de chrysanthèmes prend tout son sens.

 » Deng Gao  » 登高 

fête1.jpg

L’activité principale de cette fête appelée  » Deng Gao  » réside à grimper sur une hauteur afin d’y pique-niquer, dans le but de reproduire une action ayant par le passé sauvée la vie à un groupe de personnes. Il existe plusieurs versions de l’histoire se différenciant selon le type de personnage et de calamités. Il est important de souligner que les collines sont souvent choisies comme lieu de sépulcre uniquement ce jour-là. Cela est probablement du au fait que dans certaines régions, on visite et nettoie la tombe des ancêtres, exactement comme lors de la fête de  » Qing Ming « , le chiffre  neuf faisant référence à la  » longévité « , ainsi cette journée est dédiée aux personnes âgées. Enfin, ces coutumes continuent d’être enseignées aux écoles primaires.

Fête de la lune (2)

Préparation des gâteaux de lune

Il était fort sympathique de faire partager aux internautes la fête de la mi-automne, notamment par la préparation des gâteaux de lune (ayant lieu actuellement), avec une vidéo via You Tube des recettes de Bonnie. Ainsi, si l’envie vous prend de réaliser des gâteaux de lune, ne serait-ce que par curiosité alors vous n’aurez qu’à suivre les conseils avisés de cette formidable cuisinière expérimentée. Bonne cuisine à vous.

Les nombreux mets dégustés lors de cette fête

Nombreux sont les mets que mangent les chinois durant cette fête très importante de la mi-automne (tournant autour de 12 plats environ). Cette vidéo-ci-dessous, vous montre l’étendu des produits dégustés durant la fête de la mi-automne, d’où l’importance de repas extrêmement riches et copieux pour marquer l’événement fêté chaque année depuis plus de 1 300 ans, en rassemblant toute la famille autour d’une table ronde de préférence (représentative de la lune). C’est une soirée essentiellement consacrée à la lune.

Fête de la lune (1)

Fête de la mi-automne 中秋节,                                                                                             à partir du 15 septembre 2016

luneLa fête de la Mi-Automne a lieu en Chine le 15ème jour du 8ème mois lunaire (environ en octobre). Elle remonte très loin dans l’histoire de l’empire du milieu. En Chine antique, il y avait le système d’hommage au soleil au printemps et à la lune en automne. Dans les documents de la dynastie des Zhou (environ 11ème siècle -256 avant notre ère), on peut trouver des inscriptions sur la « mi-automne ». Plus tard, imitant ces inscriptions, les nobles et les hommes de lettre admiraient la pleine lune, lui rendaient hommage et lui exprimaient leurs sentiments dans la nuit de la fête de la Mi-Automne. Cette coutume s’est transmise parmi le peuple. Elle est devenu progressivement une tradition. Vers la dynastie des Tang (618-907), la fête de la Mi-Automne est devenue régulière ; à l’époque des Song (960-1279), elle était solennelle ; et sous les dynasties des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911), elle est devenue l’une des principales fêtes en Chine. Elle passe comme la fête la plus importante après le nouvel an chinois.

L’origine de cette fête ?

rt

Selon des légendes, dans la haute antiquité, il y avait dix soleils dans le ciel. La chaleur torride détruisit les jeunes pousses de céréales et le peuple croupissait dans la misère. Un héros herculéen du nom de Hou Yi monta au sommet du mont Kunlun. Il tira à l’arc neuf soleils et ordonna au dernier soleil de se lever et de descendre régulièrement tous les jours. Grâce à ses exploits héroïques, le peuple commença à mener une vie heureuse, le respectait et lui vouait une affection respectueuse. Beaucoup de gens venaient le reconnaître pour maître. Peng Meng en était un. La belle femme de Hou Yi s’appelait Chang E. Un jour, Hou Yi alla au mont Kunlun pour visiter son ami. En route, il rencontra l’impératrice Wang céleste. Cette dernière lui donna un sachet de remède miraculeux en lui disant qu’après avoir pris ce remède, on pourrait devenir immortel. Hou Yi refusa de se séparer de sa femme et lui remit le remède. Chang E cacha le remède dans une boîte, mais Peng Meng s’en aperçu.

Un jour, Hou Yi sortit de la maison. Profitant de cette occasion, Peng Meng, une épée dans la main, força Chang E à lui donner le remède. Face à la menace, Chang E n’avait d’autres choix que d’avaler le remède. Résultat, elle s’envola et et rejoignit la lune tandis que Peng Meng s’enfuit. En rentrant chez lui, Hou Yi se prolongea dans une affliction extrêmement profonde. Il cria sans cesse au ciel le nom de sa femme. Puis, il aperçut étonnamment que ce soir la lune était particulièrement claire et brillante et qu’il y avait une silhouette ressemblant à Chang E qui remuait dans la lune. Il courut de toutes ses forces après la lune, mais ne put l’attraper.

Hou Yi pensait à sa femme tous les jours surtout dans la nuit. Il installa dans le jardin derrière la maison une table à encens sur laquelle il mit des sucreries et des fruits que Chang E aimait manger, pour exprimer la nostalgie de sa femme dans la lune. Après avoir appris cet événement, les villageois mirent aussi en place une table à encens pour prier Chang E de bénir leur bon augure et leur bonheur. Dès lors, présenter ses vœux à la lune en mi-automne est devenu une coutume populaire qui s’est transmise jusqu à nos jours. Ci-dessous, découvrez le dessin animé de Ching Chan Shen :

Les 2 autres légendes liées à cette fête                                                                        

Durant la dynastie Tang (618-901), une minorité nationale du nom de tujue, attaquait fréquemment la frontière nord de la Chine, c’est ainsi que l’Empereur Li Shimin décida d’envoyer le général Li Jing à la tête d’une armée. Après quelques mois de guerre, Li Jing réussit à repousser les Tujue pour rétablir la paix. La campagne militaire terminée, le général rentra à Chang’an, la capitale, où il arriva le 15 août du calendrier lunaire. L’Empereur le fit accueillir en grande pompe, comme un héros, au son des cloches et des tambours. En l’honneur de cette victoire et de la paix retrouvée, un marchand de Chang’an créa pour l’Empereur un gâteau spécial de forme ronde et coloré. L’Empereur Li Shimin le distribua à ses ministres et leur dit qu’il fallait le manger pour inviter la lune. Voilà pourquoi il s’appelle « Gâteau de lune ». Depuis, la fête de la mi-automne est l’occasion pour les Chinois de manger des gâteaux de lune… et peut-être aussi de se souvenir de l’Empereur Li Shimin et du Général Li Jing. La seconde légende taoïste parle de « La fuite de Chang-e » et de « Wugang coupe l’Osmanthus ».

Coutumes et traditions

gateauxLes us et coutumes liés à la fête de la Mi-Automne varient selon les différentes régions… Mais, exprimer son amour profond pour la vie et l’aspiration à un bel avenir est une tradition commune. A présent, admirer la pleine lune et manger des gâteaux de lune sont les principales traditions de cette fête. La fête de la Mi-Automne tombe le 15 du 8e mois lunaire, en saison d’automne lorsque les cultures sont moissonnées, les fruits sont mûres et le temps est agréable. Lors de la fête, les membres de la famille ou les amis se réunissent à une table placée dans une cour pour admirer la lune lumineuse, en bavardant et en dégustant des gâteaux et des fruits. Dans les sites pittoresques, les activités de fête sont plus riches et variées.

La fête des gâteaux de Lune « Yue Bing »

gateaux de luneTraditionnellement fêté le 15ème jour du 8ème mois lunaire, la fête de la lune est généralement fêtée en septembre. Le jour choisit offre la lune la plus ronde et la plus lumineuse de l’année, ce qui symbolise l’unité familiale et le rassemblement. On s’a s’accorde en général pour y voir la synthèse d’un ancien culte lunaire et d’une fête agricole, célébration des récoltes de l’année accompagnées d’un festin. C’est l’anniversaire du dieu soleil, le  » fonctionnaire divin  » local, et les paysans en profitent pour solliciter sa bienveillance pour l’année à venir. La fête de la mi-automne représente l’un des deux plus importants congés du calendrier chinois, l’autre étant la nouvelle année lunaire chinoise, ou nouvel an chinois; elle est jour férié dans de nombreux pays asiatiques. Elle est également appelée « fête des Lanternes » ou « fête des Gâteaux de lune ». Des gâteaux délicieux ornent les tables, autant sucrés que salés, et variés aux légumes ou à la viande, ceci avec des motifs ou sinogrammes de bonheur. C’est le moment pour réunir la famille afin de contempler et vénérer la lune. Ainsi de grands pique-niques nocturnes s’organisent ça et là un  peu partout, dans les parcs, dans les rues, dans les écoles, avec des enfants défilant heureux lanterne éclairée à la main. Cela résume la joie, les récoltes et les retrouvailles. C’est aussi pour les chinois expatriés, le moment de regarder la lune afin de penser à leur famille et leur pays natal. La fête de la lune est également présente dans d’autres pays asiatiques comme le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, Hong-Kong, la Corée et au Japon.

Qiu 秋 l’automne

automne

Saison chinoise de l’automne : du 08 août au 07 novembre

Organe de la saison : le poumon – élément Métal 金

En cas de manque ou de faiblesse de cet élément Métal, les voies respiratoires seront touchées et affaiblies pour faciliter bronchites et asthme durant cette période. Les autres parties du corps concernées (voir fragilisées) sont le colon, le nombril, le nez, les dents, la peau et les fesses. Quant aux natifs des mois printaniers, ils seront moins en forme (l’élément Métal coupe l’élément Bois, d’où sa faiblesse). Un conseil : mangez et buvez chaud, plus exactement tiède… évitez au maximum de cuisiner et de boire froid pour ne pas refroidir les poumons et ainsi tomber malade.

Plus en profondeur dans la saison de l’automne

Par excellence, l’automne est la saison de la lune par sa forme ronde, de type Yin et féminin, elle appelle à la réunion familiale. Elle évoque durant ses trois mois, un palier nommé « Rong Ping », citant les notions de contenir et équilibrer.

Le souffle avive et celui de la terre s’éclaircissant, l’on s’abstiendra de pensées aberrantes pour que le souffle du poumon reste pur. Il est également conseillé de faire travailler intelligemment cet organe représentatif de la saison. Un poumon vulnérable suscitera mélancolie et dépressions psychiques par son manque d’énergies. L’élément métal étant le symbole de cette saison, la rosée blanche fera ses premières apparitions. On se lève tôt, on se couche tôt en imitant le coq. On récolte les esprits, on amasse les souffles.

C’est le temps des récoltes, du bilan, de la paix, passant de la transition active à celle de repos comprenant le fameux « Dao » évoquant: soigner la récolte ou « Yang Shou »  permettant un acheminement des acquis et des forces vers les fonctions profondes, marquer par l’étoile « Hsu » signifiant le milieu de l’automne vers le 21 septembre. C’est également le retour du tigre blanc descendant dans les villages, de la rosée blanche exprimant la couleur de la saison… de la célèbre fête de la lune très populaire en Chine, offrant de nombreux gâteaux en cet honneur, vénérant des motifs ou sinogrammes de bonheur ; mais également de boire du thé à la camomille et de manger les fruits et les légumes de saison. Cette saison est considérée en Chine comme la plus belle, dans de nombreuses provinces.

Directions cardinales : Ouest et Nord/Ouest

                        « Le temps ou les céréales sont brûlées, blanches, mûres                                             (extrait de J-M Essaylet dans « les cinq chemin de l’obscur ») 

Article : École du Dragon de Jade