Lianhua, la fleur d’été

Le lotus, la fleur de saison

lotus2

Introduite par l’Inde, la fleur de lotus appelée  » Lianhua  » ou  » Hehua  » reflète la pureté et la perfection du bouddhisme. Les trois stades de l’existence sont représentés, soit le passé, le présent et le futur. La symbolique veut que la graine de lotus, soit éjectée de son enveloppe pour bourgeonner dans un premier temps, puis s’ouvrir afin de s’épanouir complètement. Dans le Tao, la fleur de lotus, de par sa représentation féminine est un attribut de « He Xiangu », l’un des huit immortels.

La symbolique très forte de la fleur de lotus, vient du fait qu’elle émerge de la boue et de l’eau vaseuse, pour devenir l’une des plus belles fleurs de notre planète, par sa transformation spectaculaire et son extrême beauté, allier à des couleurs resplendissantes. La gamme de ses couleurs est une véritable palette de couleurs à elle seule. Cette fleur respire la vie, en se fermant la nuit et se ré-ouvrant au petit matin. Elle représente avant tout, la vertu de l’homme. De ces nombreuses autres vertus, lui sont attribuées, la constance, la prospérité, la vitalité, mais aussi l’étude profonde.

Ces nombreuses fibres qui l’entourent, sont à l’image du roseau (qui plie, mais ne rompt pas), d’où la force de cette fleur concernant l’unité, les liens et les relations. Dans les arts graphiques Chinois, la représentation de la fleur de lotus, demande une grande maîtrise et des connaissances parfaites pour définir avec justesse les graines, le bouton et la fleur tout entière. En Chine, l’alliance de cette fleur est souvent associée avec un couple de canard mandarin, symbolisant un mariage heureux avec beaucoup de fils. L’écrivain et poète « Li Bai », avait une réelle admiration pour cette fleur, dont il citait régulièrement les traits et les récits dans ses poèmes.

Article : École du Dragon de Jade

Mudanhua, fleur du printemps

pivoine3

La fleur de saison, la pivoine

La reine des fleurs est le symbole de l’empire et de l’aristocratie, d’où l’appellation « Fuguihia » signifiant fleur de richesse et d’honneur, ainsi elle parle de luxe, d’élégance, de distinction en amenant le bonheur, la prospérité et le prestige. Cette fleur portait le symbole de prospérité lors de la dynastie Tang (618-906), c’est ensuite qu’elle fut symbole de richesse et de prestige sous la dynastie Song (960-1279). Elle attire la chance dans les affaires. De son jeu de mot formé sur une homophonie de prononciation, elle évoque les caractères de richesse par « Fu » et d’honneur par « Gui ».

Cette association exprime généralement une promotion et un statut social élevé. Ces représentations sont constamment représentées dans les arts chinois (gravures, peintures, encre de chine, calligraphie etc…), ceci avec une grande signification. Les pivoines poussent généralement dans les prairies, les bois ou dans les vallées du nord de la Chine et sont peu présentes dans le sud. En Chine, la signification de la fleur de pivoine avec le coq chantant exprime un succès littéraire décerné d’honneurs, se traduisant par « Gongmingfugui ». Cette association mélange le mérite du coq chantant amenant « titre académique et renommée » (ming) avec les bienfaits et les vertus d’honneur de la pivoine, pour donner lieu à « succès littéraire ». Dans la culture chinoise, il est un principe important à citer de la fleur de pivoine, celui d’avoir un caractère complémentaire et opposé dans sa polarité yin/yang. Du fait de son élément yang, elle est également représentée par son un élément yin arboré d’un phénix, indiquant sa féminité et symbolisant bonheur et paix.

Article: Le Dragon de Jade

Juha la fleur d’automne

La fleur de saison, le chrysanthème 菊花

Chrysanthemes

« Juha » est la symbolique du chrysanthème en Chine, la fleur d’or reflète la vivacité, l’aisance mais aussi, une vie de retraite. Souvent associée aux lettrés passent leur temps pour les études en solitaire, durant la dynastie Song, cette fleur était tout simplement interdit à un non lettré. De connexion aristocratique, le réel sans que prend le chrysanthème est associé à une vie calme et retirée après des exercices de longues années d’un poste officiel, soit une sorte de bilan qu’offre la saison de l’automne.                 Le chrysanthème occupe une place centrale pendant le festival représentant l’automne, notamment le 9ème jour du 9ème mois. Il est de coutume, ce jour-là de faire une excursion dans la montagne, tresser des colliers de fleurs aux couleurs oranges, ainsi que de boire du thé de chrysanthème et d’écrire des poèmes. Un autre nom est donné pour cette fleur, « Jiuhua », soit la fleur du neuvième mois, faisant référence au nombre 9 associé à l’éternel (Jiu).

Dynastie Ming

L’influence du Taoïsme fut très influencé par la cour impériale, surtout durant la dynastie Ming, ce qui contribua à des représentations impressionnistes de peintures naïves et libres, comme par exemple, celui de laisser déborder branches et feuilles des motifs floraux vers le coté intérieur de l’accessoire peint. La représentation du règne éternel et de la paix durable se traduit par « Changzhi jiu’an » et est représenté symboliquement par une branche étendue (Changzhi), une caille (an) pour la paix…quant à l’expression double du chiffre 9 et de la fleurs de chrysanthème, ils sont tous les deux traduis par « Jiu » soit la signification durable. Dans la tradition chinoise, d’autres signes de richesses comme la chauve-souris, sont très appréciés, mais aussi le nœud infini résumant le bonheur ; ainsi que la pêche résumant la longue vie. Ces signes, arborent avec le chrysanthème de nombreux motifs. La combinaison la plus prospère étant celle d’une sauterelle sur un chrysanthème appelé « Guo Er » , représentant un fonctionnaire (gua’ner) chargé d’un poste officiel d’extrême importance.

Article : Le Dragon de Jade