Art ancestral et origines

Un art ancestral

Tout d’abord, le Feng Shui fut appelé « Kan Yu » signifiant « observation de la terre »  d’autres le désignant comme « voie du ciel ». Le véritable nom de Feng Shui apparut dans le traité des sépulcres appelé « Zangshu » écrit par Guo Pu (276-324).

Origines et racines

Les textes anciens décrivent que le Qi est emporté par le vent et tout naturellement sa dispersion est captée par l’eau, ceci facilitant la concentration. Ses précieux renseignements collectés, préviennent sa dissipation pour assurer sa rétention. Ainsi, ils l’ont nommé « Feng Shui ». Enfin, « Zuozhuan » n’est autre que le fonctionnaire astronome qui enseigna à l’empereur jaune comme diviser le temps. Il utilisait le terme peu connu de « Qingniao Shu » pour désigner le Feng Shui, se traduisant littéralement par       « les techniques de l’oiseau bleu ». Seuls, les mandarins instruits, jouissaient de telles connaissances, ce qui leur conférait une place de choix et d’énormes privilèges au sein de la cour impériale dans laquelle ils exerçaient obligatoirement. En Chine, on mesure l’importance des événements par dynasties.

Les dates clé du Feng Shui

Création du I-Ching de 221 av.J.C à 1027 av. J.C par la dynastie Chou.                             Création des plus vieux écrits de 222 av. J.C à 222 après J.C par la dynastie Han.           L’âge d’or du Feng Shui de 265 à 465 par la dynastie Chin.                                             Création de l’école de la forme et des étoiles volantes de 618 à 917 par la dynastie Tang. Création de l’école de la boussole de 960 à 1279 par la dynastie Sung.                         Continuité avec succès des enseignements Feng Shui de 1368 à 1644 par la dynastie Ming.                                                                                                                                 Continuité avec succès des enseignements Feng Shui de 1644 à 1911 par la dynastie Chin.

Une histoire mouvementée

Enfin, quand naîtra la République de Chine en 1911 et la République populaire de Chine en 1948, le Feng Shui sera totalement interdit sous peine de lourdes conséquences avec le pouvoir communiste en place. Ce n’est que lors du Printemps de Pékin en 1978 que le Feng Shui a été réintroduit pour retrouver sa place officielle au sein du peuple chinois. Durant ces années de privations, il fut appris en cachette et pratiqué par ses expatriés partout en Asie, ceci avec succès. Enfin, il est dit que « Chiang- Kai-chek » lors de son repli sur l’île de Taiwan en 1949, emmena une partie importante des savoirs, ainsi que de très vieux manuscrits Feng Shui gardés secrets.